Logo Autour de l'art
Bienvenue sur le site de l'association "Autour de l'art"
Située à l'École d'Art de l'Agglomération Côte Basque Adour, notre association organise des conférences et des voyages sur l'art contemporain et l'histoire de l'art.

Accueil A l’affiche Paris

Petit Palais – Paris- Jusqu’au 17 mars 2019
Fernand Khnopff (1858-1921) Le maître de l’énigme

Peintre, sculpteur, graveur et photographe, Fernand Khnopff (1858-1921) est un artiste aux talents multiples issu d’une famille cosmopolite. Il passa son enfance à Bruges, la “Venise du Nord”, une ville assoupie, voire abandonnée (voir l’image ci-dessus) et qui le marqua toute sa vie.
Sa sœur Marguerite, née en 1864, devint son égérie adulée et son modèle préféré. La famille s’établit à Bruxelles en 1866. De 1876 à 1879, il suivit les cours de dessin à l’Académie des Beaux-arts de la capitale aux côtés de James Ensor.
Fernand Khnopff séjourna à plusieurs reprises à Paris où il étudia notamment Eugène Delacroix et Gustave Moreau. Dans les années 1880, il exposa en Belgique et en Angleterre qu’il visita pour la première fois en 1891. En Belgique, il participa activement à deux groupes d’artistes progressistes, le Cercle des XX et la “Libre esthétique” qui prit la relève. À Londres, il rencontra les Préraphaélites, surtout Edward Burne-Jones et collabora à la revue d’art en vogue, “The Studio”. Il entretint également des rapports suivis avec la Sécession viennoise et, tout particulièrement, Gustav Klimt.

Toutes ces rencontres n’ont fait que renforcer son attrait pour le symbolisme. Rejetant les laideurs de la société industrielle et du progrès, il se réfugia dans un monde intérieur peuplé de rêves, de silences et de mort au monde environnant. En 1900, il se fit construire une demeure à Bruxelles conçue comme un temple avec pour seule devise : “On n’a que soi”. Le “Portrait de Marguerite”, réalisé en 1887, trôna dans la pièce maîtresse de la maison qui fut malheureusement détruite après la mort du peintre.

L’exposition rassemble une centaine de pièces emblématiques de l’esthétique complexe de Fernand Khnopff, peintre, dessinateur, graveur, sculpteur et metteur en scène de son oeuvre. L’artiste joue avec les thèmes, du portrait aux souvenirs oniriques, du fantasme au nu, et invite à la rêverie et à une réflexion sur l’identité.

Les oeuvres majeures de Khnopff sont mises en regard avec celles d’artistes de son temps, de Gustave Moreau à Klimt et Von Stuck, permettant de le replacer dans le contexte de l’Europe fin-de-siècle.

Ainsi l’exposition tente de recréer dans sa scénographie le parcours initiatique de sa fausse demeure qui lui servait d’atelier, comme celle du Palais Stoclet où se marièrent à Bruxelles les esthétiques belge et viennoise. Renonçant à la chronologie, elle aborde les grands thèmes qui parcourent son oeuvre, des paysages aux portraits d’enfants, des rêveries inspirés des Primitifs flamands aux souvenirs de Bruges-la-morte, des usages complexes de la photographie jusqu’aux mythologies personnelles, placées sous le signe d’Hypnos.

L’œuvre la plus célèbre de Fernand Khnopff date de 1896. Elle est intitulée “L’Art” ou “Le Sphinx” ou “Les caresses” et représente une nouvelle version du mythe d’Oedipe.

Dans la toile ambiguë de Khnopff, les deux protagonistes apparaissent réunis dans un destin commun.

*********************************

Sur France Culture L’énigmatique Fernand Khnopff

*********************************

PETIT PALAIS
Avenue Winston Churchill,
75008 Paris

LOCALISATION


Publié le : 27 janvier 2019
par : Dominique Lafargue

Imprimer
envoyez à vos amis
Envoyer à un ami
Accueil | Plan du site | En résumé | Statistiques | Administration