Bienvenue sur le site de l'association "Autour de l'art"
Située à l'École Supérieure d'Art Pays Basque, notre association organise des conférences et des voyages sur l'art contemporain et l'histoire de l'art.

Sommaire :
Qui sommes nous ? Événements
Voyages
Conférences
Carnets de voyage
Visites d’ateliers
La vie de l’association
Les assemblées générales
Textes fondateurs
Bureau et C.A.
Adhésions 2018-2019
Bulletins trimestriels
Ecole Supérieure d’Art du Pays Basque A l’affiche
Pays Basque
Espagne
Béarn
Bordeaux
Toulouse
Landes
Poitiers
Paris
Londres
Lyon
Suisse
Belgique
Tarbes
Orléans
Alsace
Marseille
Aix-en-Provence
INFORMATIONS DIVERSES
Radio, télévision, sites Web, blogs
Annuaires
Sites, musées, espaces d’art
Réflexions, débats
Livres, revues
Portraits
Conférences : Bibliographies et sites internet
Nous contacter :
mailbox Rédaction
Mail à la rédaction

mailboxSecrétariat :
4357 Chemin de Truquez
40350 POUILLON
téléphoneSecrétariat
 06 81 99 14 19
mailbox Mail au secrétariat
téléphoneVoyages
 06 10 70 87 48
Changer les couleurs :
Fonds
Couleurs

Pour changer les couleurs du site, cliquez sur les rectangles colorés qui vont apparaitre sur le haut de la page. Choisir sur les palettes les couleurs des différents éléments.

Une fois que vous aurez obtenu la combinaison qui vous convient, cliquez sur le bouton Garder pour conserver ce choix à chaque fois que vous vous connecterez

Accueil INFORMATIONS DIVERSES Réflexions, débats

France Culture – Le billet culturel
L’exposition immersion de Klimt est-elle encore une exposition ?

L’exposition immersion de Klimt est-elle encore une exposition ?
Telle est la question ou le débat que soulève cette exposition d’un nouveau genre ouverte à Paris dans une ancienne fonderie baptisée « L’Atelier des lumières ».

Sauf qu’ici ce sont les oeuvres de Gustav Klimt et de deux autres artistes Viennois (Egon Schiele et Friedensreich Hundertwasser) qui vous tournent la tête du sol au plafond.

Pour l’essayiste et romancière Cécile Guilbert qui signait un texte à charge cette semaine dans le journal La Croix, c’est bien cela le problème. Ces expositions immersions monumentales sont moins des expositions que des parcours, des dispositifs, où si l’on prend plein la vue, on cesse de regarder. Et donc de penser. L’art serait vidé de tout sens et de tout contenu. Le surgissement de l’œuvre par sa présence et son aura, disparaîtrait dans le tombeau de sa mise en scène évènementielle.

Extrait : « On se promène, on déambule, on flâne dans un univers animé et coloré où prédomine le maître et fin mot de « ludique » d’où, comme chacun sait, dérive l’histrion qu’est tout ludion. Et comme au Grand Palais, débauche techniciste et pillage des peintres du passé forment une doublette d’enfer pour vider l’art de tout contenu et de tout sens.

Les œuvres de Klimt ? Des images saturées de tableaux démesurément agrandies, projetées du sol au plafond à toute allure en séquences de trente minutes par 140 vidéoprojecteurs au son de Beethoven, Strauss et Wagner diffusés par une cinquantaine d’enceintes acoustiques. »

ECOUTER ou RE-ECOUTER

« Le public qui va voir Klimt numérisé a-t-il envie de pousser la porte du musée ? »
Entre les musées, gardiens de l’original, et les expositions immersions, comme « Gustav Klimt » à l’Atelier des lumières, des passerelles sont-elles possibles ?, se demande Michel Guerrin, rédacteur en chef au « Monde », dans sa chronique du 31 mai 2018.


Publié le : 18 juin 2018
par : Dominique Lafargue

Imprimer
envoyez à vos amis
Envoyer à un ami
Accueil | Plan du site | En résumé | Statistiques | Administration