Bienvenue sur le site de l'association "Autour de l'art"
Située à l'École Supérieure d'Art Pays Basque, notre association organise des conférences et des voyages sur l'art contemporain et l'histoire de l'art.

Sommaire :
Qui sommes nous ? Événements
Voyages
Conférences
Carnets de voyage
Visites d’ateliers
La vie de l’association
Les assemblées générales
Textes fondateurs
Bureau et C.A.
Adhésions 2018-2019
Bulletins trimestriels
Ecole Supérieure d’Art du Pays Basque A l’affiche
Pays Basque
Espagne
Béarn
Bordeaux
Toulouse
Landes
Poitiers
Paris
Londres
Lyon
Suisse
Belgique
Tarbes
Orléans
Alsace
Marseille
Aix-en-Provence
INFORMATIONS DIVERSES
Radio, télévision, sites Web, blogs
Annuaires
Sites, musées, espaces d’art
Réflexions, débats
Livres, revues
Portraits
Conférences : Bibliographies et sites internet
Nous contacter :
mailbox Rédaction
Mail à la rédaction

mailboxSecrétariat :
4357 Chemin de Truquez
40350 POUILLON
téléphoneSecrétariat
 06 81 99 14 19
mailbox Mail au secrétariat
téléphoneVoyages
 06 10 70 87 48
Changer les couleurs :
Fonds
Couleurs

Pour changer les couleurs du site, cliquez sur les rectangles colorés qui vont apparaitre sur le haut de la page. Choisir sur les palettes les couleurs des différents éléments.

Une fois que vous aurez obtenu la combinaison qui vous convient, cliquez sur le bouton Garder pour conserver ce choix à chaque fois que vous vous connecterez

Accueil A l’affiche Paris

Beaux-Arts de Paris du 15 mars au 15 avril
GERARD GAROUSTE Zeugma, le grand oeuvre drolatique

Gérard Garouste investit le cadre exceptionnel de la cour vitrée des Beaux-Arts de Paris en présentant une série d’installations monumentales et de dispositifs théâtraux.
Fausses tapisseries, anamorphoses, jeux d’oculi, labyrinthe, inviteront le visiteur à pénétrer ce Grand oeuvre drolatique, mêlant sens caché et onirisme, références aux textes révélés et évocations de Rabelais et de Dante.

L’exposition dévoile un aspect méconnu du travail de l’artiste à travers quatre pièces monumentales réalisées entre 1987 et 2003 : Les Indiennes, La Dive Bacbuc, Ellipse et Les Saintes Ellipses. Ces pièces, qui n’avaient plus été montrées en France depuis quinze ans, sont réunies pour la première fois. Commandée, en 2003, à l’occasion du Festival d’Automne, Les Saintes Ellipses se déploie sur près de 12 mètres de hauteur. Des pans de toiles peintes suspendus à une structure octogonale forment un cône inversé qui converge vers un miroir incurvé à huit faces, placé au sol. Le spectateur peut s’il le souhaite découvrir dans le reflet les images et les bribes de textes inscrits en anamorphoses sur l’énigmatique monument ou simplement les entrevoir en levant la tête.

Les Saintes Ellipses

Ces oeuvres ont pour point commun la technique particulière utilisée par l’artiste et qui a donné son nom à la première d’entre elles, les Indiennes (qui doivent initialement leur nom au fait qu’elles étaient importées des comptoirs des Indes) : de la peinture à l’eau sur toile encollée mais non enduite, donc absorbante ; il importait à l’artiste que ces oeuvres évoquent d’avantage la teinture que la peinture. Souples car sans châssis, elles se roulent comme un tapis et se déplacent au gré des événements.

La dive barbuc

Né en 1946, Gérard Garouste vit et travaille en Normandie et à Paris. Il occupe une place singulière dans le paysage artistique international. Peintre, graveur et sculpteur, Gérard Garouste est obsédé par les origines de notre culture, et l’héritage des maîtres anciens. Son histoire personnelle est à la base de son travail de “démontage des images et des mots”, de sa préoccupation pour les questions de l’origine, du temps et de la transmission. Ses toiles, faites d’associations d’idées, sont tour à tour inquiétantes et joyeuses, peuplées d’animaux parfois fantastiques et de différents personnages. Ses sources mêlent la Bible, la culture populaire et les grands textes de Cervantès à Rabelais.

Représenté dans les années 1980 par le grand marchand américain Leo Castelli, il a exposé dans le monde entier (États-Unis, Japon, Allemagne, Amérique latine, Italie) et est présent dans les plus grandes collections publiques, dont celle du Musée national d’art moderne au Centre Georges Pompidou, du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, et du Museum Ludwig de Vienne.

En 2009, la Villa Médicis à Rome lui a consacré une grande rétrospective, Le Classique et l’Indien. La même année, dans L’Intranquille : Autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou, coécrit avec Judith Perrignon, l’artiste livre un témoignage autobiographique qui connaît un immense succès critique et public. Il y révèle pour la première fois ses conflits avec un père antisémite et sa lutte contre la folie. En 2015, la Fondation Maeght lui consacre une grande rétrospective, En Chemin ; en 2016, c’est le musée des Beaux Arts de Mons avec l’exposition Gérard Garouste, à la croisée des sources.

En décembre 2017 il est élu à l’Académie des Beaux-Arts de Paris. L’artiste est très engagé, depuis 1991, auprès de l’association La Source, qu’il a créée à destination des enfants et des jeunes en difficulté.

DOSSIER DE PRESSE

BEAUX-ARTS DE PARIS
Site Bonaparte
Cour vitrée du Palais des études :
14, rue Bonaparte
75006 Paris

Horaires d’ouvertures :
L’école est ouverte du lundi au vendredi de 8h à 22h.

PLAN D’ACCES

************************************

Du 15 mars au 1er juillet, au Musée de la chasse et de la nature, Gérard Garouste revisite le mythe de Diane et Actéon à travers une vingtaine d’œuvres inédites, peintures et dessins, mettant en scène sa femme Elisabeth.

Du 15 mars au 10 mai, la Galerie Templon présentera Zeugma, une grande exposition personnelle de Gérard Garouste réunissant une trentaine d’œuvres inédites.


Publié le : 18 juin 2018
par : Dominique Lafargue

Imprimer
envoyez à vos amis
Envoyer à un ami
Accueil | Plan du site | En résumé | Statistiques | Administration