Bienvenue sur le site de l'association "Autour de l'art"
Située à l'École Supérieure d'Art Pays Basque, notre association organise des conférences et des voyages sur l'art contemporain et l'histoire de l'art.

Sommaire :
Qui sommes nous ? Événements
Voyages
Conférences
Carnets de voyage
Visites d’ateliers
La vie de l’association
Les assemblées générales
Textes fondateurs
Bureau et C.A.
Adhésions 2018-2019
Bulletins trimestriels
Ecole Supérieure d’Art du Pays Basque A l’affiche
Pays Basque
Espagne
Béarn
Bordeaux
Toulouse
Landes
Poitiers
Paris
Londres
Lyon
Suisse
Belgique
Tarbes
Orléans
Alsace
Marseille
Aix-en-Provence
INFORMATIONS DIVERSES
Radio, télévision, sites Web, blogs
Annuaires
Sites, musées, espaces d’art
Réflexions, débats
Livres, revues
Portraits
Conférences : Bibliographies et sites internet
Nous contacter :
mailbox Rédaction
Mail à la rédaction

mailboxSecrétariat :
4357 Chemin de Truquez
40350 POUILLON
téléphoneSecrétariat
 06 81 99 14 19
mailbox Mail au secrétariat
téléphoneVoyages
 06 10 70 87 48
Changer les couleurs :
Fonds
Couleurs

Pour changer les couleurs du site, cliquez sur les rectangles colorés qui vont apparaitre sur le haut de la page. Choisir sur les palettes les couleurs des différents éléments.

Une fois que vous aurez obtenu la combinaison qui vous convient, cliquez sur le bouton Garder pour conserver ce choix à chaque fois que vous vous connecterez

Accueil A l’affiche Alsace

KUNSTHALLE MULHOUSE jusqu’au 29 avril 2018
THE LIVE CREATURE

Les artistes Anna Craycroft (USA), Esther Ferrer (ESP), Adelita Husni-Bey (IT), Allan Kaprow (USA), Teresa Lanceta (ESP), Nicolas Malevé (BE), Aimée Zito Lema (NL)

Le titre The Live Creature (L’être vivant) est tiré du premier chapitre de L’art comme expérience de JOHN DEWEY, paru en 1934. Bien que le livre ait reçu à l’époque un accueil mitigé, il est devenu avec le temps, et au fil des relectures successives, une référence majeure sur l’éducation artistique et les rapports entre art et vie quotidienne. Selon Dewey, l’autonomie de l’expérience artistique est ancrée dans la fonction sociale de l’art. De là naissent des pratiques à caractère relationnel dont on comprend l’organisation au fur et à mesure de leurs productions.

La théorie de Dewey peut être vue comme une tentative de comprendre la pratique artistique, ce qu’elle a d’important et de singulier, ses manifestations physiques (“l’objet expressif”) à travers un processus tout entier. L’élément fondamental n’est alors plus “l’œuvre d’art” matérielle mais le développement d’une “expérience”.

Se distinguant de cette approche théorique, l’exposition présente des projets qui explorent les liens entre l’éducation artistique et la pratique de l’art, l’artisanat comme moyen de se référer au monde, le corps comme sujet de transmission et l’influence de l’environnement urbain qui nous entoure. Ces éléments deviennent le point de départ de processus de recherches et de productions individuelles et collectives, faisant de l’art un outil d’une meilleure compréhension de nos modes de vie.

Le travail d’Allan Kaprow (Atlantic City, New Jersey, 1927 - Encinitas, Californie, 2006) met en application les idées de John Dewey pour défendre un modèle d’éducation artistique fondé sur l’idée que “faire”, c’est “savoir”. À cette fin, il propose un système dans lequel l’art n’est pas abordé via l’apprentissage de l’histoire, mais par la mise en contact avec les expériences directes de l’artiste à différents moments de sa carrière et selon des modalités diverses. Il s’agit d’une proposition d’éducation transversale faisant de l’art la clé du développement personnel des étudiants 3. C’est dans ce cadre qu’Allan Kaprow a conçu le projet Other Ways, réactivé dans cette exposition. Pour l’exposition à La Kunsthalle, des groupes d’élèves d’âges différents sont invités à travailler avec leurs professeurs à partir des “Six happenings ordinaires” (1969), actions phares extraites du projet susmentionné.

Anna Craycroft, Chalkboard, 2010

Dans Sujet d’apprentissage/Objet d’étude (2010), Anna Craycroft exhume les discours du XIXe siècle sur l’éducation et l’esthétique, ainsi que ceux du XXe siècle sur la pratique artistique, pour créer une installation qui croise les discours symboliques de la pédagogie et de la muséologie. Chaque élément articule divers aspects de la salle de classe et de ses outils. Les visiteurs sont ainsi invités à repenser notre place au sein de l’architecture et de la géographie des espaces didactiques que sont la salle de classe, la biblio- tchèque, la galerie, le musée et l’université. Pendant l’exposition, l’installation s’accompagne d’une série d’activations de l’œuvre qui prendra la forme de conférence, lectures, ateliers à destination des enfants, familles et adultes
.
Aimée Zito Lema présente Score for Mother and Child (2016), une œuvre mettant en scène deux danseuses, une mère et sa fille, qui explore des questions liées au corps et à la mémoire à travers une série d’exercices variés. Le film a été enregistré durant un atelier d’une journée, puis édité par l’artiste pour aboutir à plusieurs vidéos présentées en différents points de l’espace d’exposition. Les vidéos jouent sur les possibilités et les choix qui s’offrent lors de la documentation d’un événement, montrant comment celui-ci peut être déformé ou interprété, explorant ainsi la variété des modes de représentation. On retrouve ici l’une des préoccupations majeures d’Aimée Zito Lema : le travail de la mémoire et le rapport que nous entretenons avec elle. Dans le cadre de sa présentation à La Kunsthalle, une performance de l’œuvre sera présentée en parallèle avec un atelier participatif ouvert à tous, dans lequel les participants pourront jouer avec leur corps comme sujet de transmission. Cette rencontre aura lieu dans l’espace d’exposition et sera enregistrée puis éditée, de sorte que ces matériaux seront ensuite intégrés à l’exposition. Cette proposition vise aussi à transformer l’espace d’exposition en espace de travail (comme c’est le cas de la plupart des projets de The Live Creature). L’idée est d’explorer la potentialité de l’espace en réponse aux préoccupations artistiques contemporaines, et de faire appel aux visiteurs pour qu’ils deviennent des participants actifs du dispositif.

Aimée Zito Lema, A Score for Mother and Child, 2017

Le corps est également au cœur du travail d’Esther Ferrer, artiste interdisciplinaire qui développe des actions répétées sur plusieurs intervalles de temps. Ester Ferrer fait de la répétition et du hasard des instruments à part entière de son travail, générant de multiples variations qui conduisent vers l’altérité et l’imprévisibilité. Pour l’exposition, elle invite les visiteurs, mais aussi des élèves de plusieurs écoles, et d’âges différents, à s’emparer de ses partitions et à les réactiver.

Esther Ferrer

JOURNAL DE L’EXPOSITION

DOSSIER DE PRESSE

La KUNSTHALLE MULHOUSE
Centre d’art contemporain La Fonderie
16 rue de la Fonderie –
68093 Mulhouse Cedex
Tél : + 33 (0)3 69 77 66 47

PLAN D’ACCES


Publié le : 22 juin 2018
par : Dominique Lafargue

Imprimer
envoyez à vos amis
Envoyer à un ami
Accueil | Plan du site | En résumé | Statistiques | Administration