Bienvenue sur le site de l'association "Autour de l'art"
Située à l'École Supérieure d'Art Pays Basque, notre association organise des conférences et des voyages sur l'art contemporain et l'histoire de l'art.

Sommaire :
Qui sommes nous ? Événements
Voyages
Conférences
Carnets de voyage
Visites d’ateliers
La vie de l’association
Les assemblées générales
Textes fondateurs
Bureau et C.A.
Adhésions 2017-2018
Bulletins trimestriels
Ecole Supérieure d’Art du Pays Basque A l’affiche
Côte Basque
Espagne
Béarn
Bordeaux
Toulouse
Landes
Poitiers
Paris
Londres
Lyon
Suisse
Belgique
Tarbes
Orléans
INFORMATIONS DIVERSES
Radio, télévision, sites Web, blogs
Annuaires
Sites, musées, espaces d’art
Réflexions, débats
Livres, revues
Portraits
Nous contacter :
mailbox Rédaction
Mail à la rédaction

mailboxSecrétariat :
4357 Chemin de Truquez
40350 POUILLON
téléphoneSecrétariat
 06 81 99 14 19
mailbox Mail au secrétariat
téléphoneVoyages
 06 10 70 87 48
Changer les couleurs :
Fonds
Couleurs

Pour changer les couleurs du site, cliquez sur les rectangles colorés qui vont apparaitre sur le haut de la page. Choisir sur les palettes les couleurs des différents éléments.

Une fois que vous aurez obtenu la combinaison qui vous convient, cliquez sur le bouton Garder pour conserver ce choix à chaque fois que vous vous connecterez

Accueil A l’affiche Paris

Galerie Thaddaeus Ropac Paris Pantin – du 11 février au 31 mai 2018
ANSELM KIEFER - FÜR ANDREA EMO

Cinq ans après l’exposition d’Anselm Kiefer pour l’inauguration de l’ espace de Pantin et à la suite de sa rétrospective au Centre Pompidou en 2016, la Galerie Thaddaeus Ropac a le plaisir d’annoncer la présentation d’une nouvelle série d’œuvres de l’artiste à Paris.

L’exposition intitulée Für Andrea Emo montrera une sélection de plus de 20 toiles de taille moyenne et monumentale ainsi que trois sculptures ; chacune explore l’intérêt que l’artiste porte depuis longtemps aux idées de destruction et de régénération d’une manière entièrement nouvelle. En faisant couler le plomb en fusion sur des toiles datant des deux dernières années, Kiefer redonne vie à ses propres œuvres dans un geste iconoclaste. Par cet acte de récréation, il les sauve de l’oubli tout en oblitérant l’image originale.

Les références philosophiques et littéraires ont toujours joué un rôle essentiel dans la pratique de Kiefer. Son journal, qui sera en partie publié dans le catalogue accompagnant l’exposition, donne un accès privilégié au processus de création. Anselm Kiefer y note : « Ce pansement de plomb qui ne peut plus être détaché de la peau de peinture, ces plaies suppurantes du plomb encore bouillant quand le pigment n’est pas sec, les petites pailles sur un champ que j’ai peint il y a des années et qui apparaissent comme des restes calcinés sur le plomb solidifié – tout cela me rappelle les poèmes de Baudelaire que j’ai relus l’année dernière au Portugal. » Un autre personnage clé a servi à Anselm Kiefer pour cette nouvelle série. Il s’agit d’Andrea Emo (1901-1983), un philosophe italien dont les réflexions nihilistes ont nourri ses pensées : « L’acte est la destruction des images, leur mort, leur sommeil, leur sépulture, dont ils ont besoin pour se relever. »

Le langage de la matière est au cœur de l’œuvre d’Anselm Kiefer, dont la plupart des œuvres présente une texture géologique sédimentaire. Anselm Kiefer est né en 1945 à Donaueschingen en Allemagne. Il vit et travaille à Paris. Depuis quarante ans, il développe son travail autour de l’accumulation, du mélange et de la réinterprétation de thèmes, motifs et constellations qui reviennent et s’entrecroisent constamment dans différents mediums. Des rapports éminemment symboliques émergent des matériaux qu’il utilise, entre autres le plomb, le béton, le verre, les plantes séchées ou le fil de fer barbelé. Les couches accumulées de peinture aux couleurs atténuées donnent une structure en relief, quasi sculpturale, à ses peintures. Avant de débuter sa carrière d’artiste, Kiefer a étudié le droit, la littérature et la linguistique. Il a ensuite rejoint l’Académie des Beaux-Arts de Karlsruhe, puis de Düsseldorf où il fut l’élève de Joseph Beuys. Depuis ses débuts, Kiefer explore l’identité allemande d’Après-guerre. En 1980, il a représenté l’Allemagne à la Biennale de Venise. Au cours des dernières années, sa préoccupation principale s’est articulée autour d’une analyse de l’iconographie de divers mythes, faisant référence à la religion chrétienne, à la Cabbale ou encore aux légendes germaniques. Enfin, il a souvent recours à des modèles littéraires tels que Paul Celan, Ingeborg Bachmann ou Louis-Ferdinand Céline, dont il parvient à condenser l’œuvre dans son travail.

GALERIE THADDAEUS ROPAC-PANTIN

69, AVENUE DU GÉNÉRAL LECLERC FR-93500 PANTIN

Vernissage : Dimanche 11 février 2018, 14-18h

Plan d’accès


Publié le : 23 février 2018
par : Dominique Lafargue

Imprimer
envoyez à vos amis
Envoyer à un ami
Accueil | Plan du site | En résumé | Statistiques | Administration