Bienvenue sur le site de l'association "Autour de l'art"
Située à l'École Supérieure d'Art Pays Basque, notre association organise des conférences et des voyages sur l'art contemporain et l'histoire de l'art.

Sommaire :
Qui sommes nous ? Événements
Voyages
Conférences
Carnets de voyage
Visites d’ateliers
La vie de l’association
Les assemblées générales
Textes fondateurs
Bureau et C.A.
Adhésions 2018-2019
Bulletins trimestriels
Ecole Supérieure d’Art du Pays Basque A l’affiche
Pays Basque
Espagne
Béarn
Bordeaux
Toulouse
Landes
Poitiers
Paris
Londres
Lyon
Suisse
Belgique
Tarbes
Orléans
Alsace
Marseille
INFORMATIONS DIVERSES
Radio, télévision, sites Web, blogs
Annuaires
Sites, musées, espaces d’art
Réflexions, débats
Livres, revues
Portraits
Nous contacter :
mailbox Rédaction
Mail à la rédaction

mailboxSecrétariat :
4357 Chemin de Truquez
40350 POUILLON
téléphoneSecrétariat
 06 81 99 14 19
mailbox Mail au secrétariat
téléphoneVoyages
 06 10 70 87 48
Changer les couleurs :
Fonds
Couleurs

Pour changer les couleurs du site, cliquez sur les rectangles colorés qui vont apparaitre sur le haut de la page. Choisir sur les palettes les couleurs des différents éléments.

Une fois que vous aurez obtenu la combinaison qui vous convient, cliquez sur le bouton Garder pour conserver ce choix à chaque fois que vous vous connecterez

Accueil A l’affiche Londres

Tate Modern jusqu’au 2 avril
MODIGLIANI

Certain.e.s qui participent au voyage à Londres du 8 au 12 mars 2018 auront la chance de voir la magnifique exposition Modigliani à la Tate Modern

Ceux qui souhaitent la voir à titre individuel ont jusqu’au 2 avril.

Voilà ce qu’en dit Elisabeth Hopkins, journaliste et critique d’art :

« À Livourne, sa famille juive séfarade l’avait pourtant initié à l’art et à la littérature, mais Amedeo Modigliani (1884-1920), à vingt ans, voulait pimenter sa vie, et ce ne pourrait être qu’à Paris. L’y voici, enivré par la découverte de Cézanne, Van Dongen, vivant à Montmartre, non loin de Picasso, puis à Montparnasse, près de Brancusi, butinant à La Ruche avec Soutine. L’accrochage chronologique et thématique d’une centaine de ses œuvres permet de naviguer au fil des portraits, des sculptures (une douzaine de têtes mais un medium qu’il abandonna rapidement, pour des raisons de santé et/ou de coûts), des dessins, des nus et des images de Jeanne Hébuterne, mère de sa fille, qui se suicidera, enceinte de lui, quelques jours après sa mort de tuberculose. Les commissaires soulignent que ce sont moins le Don Juan, le drogué ou l’alcoolique qui doivent intéresser ici, mais le peintre, électron libre, qui révolutionna sinon le portrait du moins le nu.

Au fil des salles, le style du portraitiste se précise. Dès son Autoportrait en Pierrot, 1915, on le voit se dessiner : cou allongé, fine arête nasale, un œil ouvert et un œil fermé (ouvert sur le monde, fermé sur le moi intime, expliquait-il). Les temps sont durs, les toiles et les couleurs onéreuses, d’où l’utilisation en 1909 des deux côtés de la toile pour un violoncelliste d’un côté et le portrait de Brancusi de l’autre, tous deux très cézanniens. Dès 1914, Paul Guillaume devient son galeriste, Modigliani peint ses amis, Diego Rivera, Guillaume lui-même, Beatrice Hastings, portraits mélancoliques sans l’ombre d’un sourire sur les lèvres minuscules, les yeux souvent vides, voir même “grillagés”.

Il ne rencontre qu’un faible succès jusqu’en 1916 où son chemin croise celui de Léopold Zborowski qui lui fournit un per diem qui lui permet de payer les modèles pour les nus auxquels il revient.

Destinés à des acheteurs masculins, ces nus audacieux pour l’époque et controversés furent exposés à la galerie de Berthe Weill (la seule exposition en solo de Modigliani de son vivant), jusqu’à une descente de police demandant le retrait des toiles. Nus féminins assis, allongés, déhanchés, chairs rondes en camaïeux d’ocre ponctuées par le triangle noir du pubis, images désérotisées par l’impassibilité des visages, et pourtant bien séduisantes. De santé fragile, Modigliani descend à Nice en 1918, il y retrouve Jeanne rencontrée lorsqu’elle avait 19 ans. Il la peignit plus de 20 fois reflétant le passage de la jeune fille à la jeune femme enceinte prenant de l’assurance. Jeanne y semble résignée, tenue à distance… imagine-t-elle alors la brièveté de leur liaison, leurs morts rapprochées ?

Rien ne ressemble plus à un Modigliani qu’un autre Modigliani, l’artiste a trouvé son langage et il s’y tient, dans les lignes, les poses, la palette, et pourtant chaque toile est une plaisante surprise. S’il n’eut pas grand succès de son temps, les collectionneurs du 21ème siècle ne s’y trompent pas, qui, même depuis la Chine, paient des prix record pour ses toiles ou ses sculptures.

À la fin de l’exposition, il est proposé de voir le studio du peintre en réalité virtuelle, le nouveau gadget des commissaires d’exposition. Ne l’ayant pas vu, on ne portera aucun jugement. »

Informations pratiques :

Bankside, London SE1 9TG

Ouvert du Dimanche au Jeudi, de 10h à 18h
Les vendredis et samedis de 10h à 22h
Fermé les 24, 25 et 26 décembre 2017
Entrée :19.50 livres

www.tate.org.uk/modern


Accueil | Plan du site | En résumé | Statistiques | Administration